Publié : 13 septembre 2017
Partager

Dimanche 10 septembre 2017 était la 15e journée mondiale de prévention du suicide.

L’Association Québécoise de Prévention du Suicide (AQPS) soutien cette journée en espérant sensibiliser la population à ce phénomène inquiétant.

« À l’échelle mondiale, on estime qu’un suicide a lieu toutes les quarante secondes et une tentative toutes les trois secondes, ce qui correspond à plus de 800 000 suicides chaque année. »

Au Québec, c’est 3 personnes par jour qui s’enlèvent la vie chaque année. En 2011, ce chiffre représentait 13.7% alors qu’en 2014, ce nombre diminuait à 13.4%. C’est une belle amélioration, mais il reste beaucoup de travail à faire autour du suicide alors qu’on sait que le taux de mortalité (dû au suicide) du Japon est le plus élevé mondialement et qu’il était évalué à 18.5% en 2012.

Il ne faut pas se leurrer, on n’est pas si éloigné de cette statistique en comptant une bien moins grande population !

La « bonne » nouvelle, c’est que la plupart des personnes qui songent au suicide vous tendent des perches par des indices verbaux ou non-verbaux. La « mauvaise » nouvelle, c’est que ces signes sont parfois difficiles à détecter.

Quels signes peut-on observer chez une personne suicidaire ?
« Bien que la personne suicidaire soit la plupart du temps en période dépressive, toutes ne présentent pas nécessairement des signes de dépression. »

-Humeur dépressive / Humeur soulagée et optimiste de manière momentanée et soudaine ;
-Perte d’appétit ;
-Diminution des intérêts / Intérêts nouveaux, jamais discutés aux proches ;
-Isolement ;
-Crise émotionnelle / Insensible en apparences ;
-Parle de grands et longs voyages et/ou projets ;
-Se départit de biens personnels ;
-Changements sur les réseaux sociaux ;
-Etc.

Comment mesurer si une personne est prête à passer à l’acte ?
« Le geste suicidaire n’est pas spontané. Il est l’aboutissement d’un processus qui comprend le développement des idées suicidaires ainsi que la fixation sur ces idées jusqu’à l’élaboration d’un plan précis. »
Prenez le temps de vérifier où cette personne est rendue dans son processus décisionnel avec le C.O.Q.

-C :Comment ?
-O : Où ?

-
Q : Quand ?

Si deux ou trois de ces étapes sont déjà décidées, cette personne est bien avancée dans son choix. Mais souvenez-vous que le suicide ne reflète pas le goût de mourir, mais l’envie de cesser de souffrir.

Outillez-vous pour aider rapidement cette personne, puisqu’elle pourrait décider d’agir rapidement.
Comment intervenir ?

« Au quotidien, dans ses relations avec son entourage, chaque personne peut aider un proche confronté à la souffrance, avec les moyens dont elle dispose et en respectant ses limites. […] Demander directement si une personne songe au suicide, ce n’est pas lui suggérer l’idée, mais lui ouvrir la porte à l’expression de sa souffrance. »

Si vous êtes une personne significative, n’hésitez pas à :
-Écouter sa douleur sans commenter ;
-Répondre avec honnêteté à ses questions ;
-Lui faire part de vos émotions devant ses questionnements ou sa décision ;
-Utiliser les bons termes de manière directe ;
-Lui demander ce qui pourrait la faire changer d’idée ;
-Faire un pacte de non-suicide aux 24 heures ;
-Proposer de vous rendre à l’urgence ensemble ;
-Lui demander de contacter une ligne téléphonique pour une aide immédiate ;
-Etc.
Quelques ressources téléphoniques qui peuvent vous aider :
Pour consulter la liste complète des ressources régionales en prévention du suicide, cliquez sur ce lien : http://www.aqps.info/besoin-aide-urgente/#liste-cpsregionaux
Centre de prévention du suicide : 1-866-277-3553
Tel-Aide Montréal : 514 935-1101
Tel-Jeunes : 1-800-263-2266
Info-Santé : 811
Jeunesse J’écoute : 1-800-668-6868

Activité : Mythes ou réalités ?
Pour tester vos connaissances, L’AQPS a mis en ligne un jeu-questionnaire interactif pour déterminer les mythes et les réalités entourant la problématique du suicide. Voici le lien pour y accéder : http://www.aqps.info/comprendre/mythes-realites.html

Source : Site web de l’AQPS, Activités de l’Association québécoise de prévention du suicide, 2017.
Pour avoir accès à d’autres articles et publications quotidiennes en lien avec le développement global des enfants, je vous invite à suivre la page Facebook de Fleur bleue, Soutien comportemental à domicile.

 

Myriam Saumure
Présidente et fondatrice
Fleur bleue, Soutien comportemental à domicile
Éducatrice spécialisée, experte en stratégies comportementales chez l’enfant
Tél : (514) 717-4051
Courriel : info@fleurbleue.ca
Page Facebook : https://www.facebook.com/fleurbleue.soutiencomportementaladomicile/?pnref=lhc